Uricémie

Sommaire

L'uricémie correspond au taux d'acide urique dans le sang. L'acide urique est présent naturellement dans le sang et son taux est régulé par l'organisme pour qu'il reste aux alentours d'une valeur dite normale. L'acide urique provient de plusieurs sources endogènes (de l'organisme lui-même) et exogènes (de l'alimentation).

Si l'uricémie reste généralement proche de la valeur normale, différents phénomènes peuvent provoquer une modification anormale de l'uricémie. L'hyper-uricémie est une élévation anormale du taux d'acide urique sanguin.

Elle peut être à l'origine de troubles articulaires, respiratoires, rénaux, cardiovasculaires, etc. À l'inverse, l'hypo-uricémie est une diminution anormale du taux sanguin d'acide urique. Cette perturbation est plus rare que l'hyper-uricémie. Faisons le point ensemble.

Acide urique et uricémie

Sources d'acide urique pour l'organisme

L'acide urique peut provenir de 3 sources distinctes :

  • La dégradation des protéines et des acides nucléiques (comme l'ADN) présents dans l'alimentation (1/3 des apports en acide urique dans les conditions normales).
  • La dégradation des protéines et des acides nucléiques de l'organisme.
  • Une synthèse de novo d'acide urique principalement au niveau des cellules hépatiques.

L'acide urique est un dérivé du métabolisme des protéines et des acides nucléiques, il constitue l'un des produits finaux de la dégradation des protéines et des acides nucléiques.

L'acide urique passe alors dans la circulation sanguine. Le taux d'acide urique dans le sang est appelé l'uricémie. L'acide urique est ensuite excrété dans les urines, ce qui permet son élimination de l'organisme.

En temps normal, l'organisme régule l'uricémie pour qu'elle se maintienne dans une gamme de valeurs proches de la normale.

Valeurs normales de l'uricémie
Sujets Valeurs normales exprimées en mg/L Valeurs normales exprimées en µmol/L
Enfants 20-50 120-300
Femmes 20-60 120-360
Hommes 30-70 180-420

Régulation de l'uricémie

En fonction de certaines circonstances physiologiques, l'uricémie peut varier tout en restant dans des valeurs considérées comme normales : 

  • L'uricémie est élevée à la naissance, puis diminue au cours de l'enfance pour augmenter à nouveau à l'adolescence, particulièrement chez les garçons.
  • L'uricémie est physiologiquement plus élevée chez les hommes que chez les femmes.
  • L'uricémie augmente avec le poids, surtout pour les poids supérieurs à 80 kg.
  • L'uricémie diminue au cours des 5 premiers mois de la grossesse.

Différentes perturbations du métabolisme ou des maladies peuvent engendrer une dérégulation de l'uricémie, qui s'éloigne alors de la normale. Selon les cas, deux catégories de perturbations sont distinguées : 

  • les hyper-uricémies : élévations de l'uricémie ;
  • les hypo-uricémies : diminutions de l'uricémie.

L'uricémie peut être mesurée grâce à un dosage sanguin, après une simple prise de sang au laboratoire d'analyses médicales. Il n'est pas utile d'être à jeun pour cette analyse.

Le médecin prescrit un dosage de l'uricémie dans deux contextes principaux : 

  • la recherche d'une hyper ou d'une hypo-uricémie face à des symptômes évocateurs chez le sujet ;
  • le suivi de l'uricémie chez un patient sous traitement médicamenteux.

Bon à savoir : l'interprétation de l'uricémie est souvent couplée à celle de l'uricosurie, qui est le taux d'acide urique dans les urines (dans les urines, l'acide urique est présent sous deux formes chimiques, l'acide urique et les sels d'urate).

Qu'est-ce qu'une hyper-uricémie ?

L'hyper-uricémie, élévation anormale du taux d'acide urique dans le sang, est un trouble fréquent qui concerne 5 à 15 % de la population, majoritairement les hommes.

Les hyper-uricémies résultent généralement d'un des deux mécanismes suivants, voire de la combinaison de ces deux mécanismes :

  • Une production excessive d'acide urique par l'organisme, généralement en lien avec un excès des apports alimentaires en protéines.
  • Une mauvaise excrétion de l'acide urique dans les urines, souvent associée à un trouble rénal.

Comment se manifeste l'hyper-uricémie ?

Chez certaines personnes, l'hyper-uricémie ne provoque aucun symptôme, l'hyper-uricémie est dite asymptomatique.

Mais le plus souvent, l'hyper-uricémie engendre le dépôt de cristaux d'urate en différents points de l'organisme, ce qui provoque les symptômes : 

  • La principale manifestation clinique de l'hyper-uricémie est la goutte, due à des dépôts d'urate au niveau des articulations. Elle se caractérise par des crises ponctuelles ou par une maladie chronique évolutive.
  • Les dépôts d'urate dans les reins peuvent entraîner plusieurs affections rénales comme la lithiase urique, la néphropathie uratique ou la néphropathie urique aigüe.
  • L'uricémie est un facteur de risque cardiovasculaire, notamment un facteur prédictif d'hypertension artérielle.

Causes de l'hyper-uricémie

Les hyper-uricémies peuvent se rencontrer dans de nombreux contextes :

  • l'hyper-uricémie alimentaire avec une alimentation trop riche en protéines ;
  • une synthèse exagérée d'acide urique liée à un trouble métabolique ;
  • certains comportements de l'individu :
    • une consommation excessive de soda ;
    • l'ivresse aigüe ;
    • la déshydratation ;
    • le jeûne prolongé ;
  • au cours de certaines maladies :
    • le psoriasis étendu ;
    • au cours du traitement de certaines formes de leucémies ;
    • l'insuffisance rénale chronique ;
    • en cas d'acidocétose diabétique (complication grave du diabète) ;
  • lors de la prise de certains médicaments :
    • l'aspirine ;
    • certains diurétiques (médicaments contre l'hypertension artérielle) ;
    • la ciclosporine A (médicament immunosuppresseur) ;
    • certains médicaments anti-tuberculeux (pyrazinamide, éthambutol) ;
  • au cours de la grossesse en cas de toxémie gravidique (complication grave de la grossesse) ;
  • en cas d'intoxication au plomb (saturnisme) ;
  • en présence de troubles enzymatiques exceptionnels comme le syndrome de Lesch-Nyhan (mauvais fonctionnement des enzymes du métabolisme de l'acide urique).

Par ailleurs, on a récemment découvert qu’un stress prénatal (vécu in utero) entraînait une importante augmentation du taux d’acide urique à l’âge adulte.

Uricémie : hypo-uricémies

Au contraire de l'hyper-uricémie, l'uricémie peut être inférieure à la normale dans l'hypo-uricémie. Cette dernière est beaucoup plus rare que l'hyper-uricémie, avec une prévalence comprise entre 0,15 et 3,38 %.

L'hypo-uricémie survient généralement suite à des désordres métaboliques, ou suite à des maladies graves :

  • un traitement hypo-uricémiant mal équilibré dans plus de 50 % des cas ;
  • un cancer pulmonaire ;
  • la xanthinurie héréditaire (déficit héréditaire en enzymes intervenant dans la dégradation des protéines en acide urique) ;
  • le syndrome de sécrétion inappropriée d'hormone antidiurétique ;
  • l'insuffisance hépatique sévère ;
  • un lymphome ;
  • le diabète ;
  • le syndrome de Fanconi (pathologie rénale chronique) ;
  • l'aplasie congénitale de la moelle osseuse ;
  • l'hypo-uricémie rénale héréditaire (trouble rénal rare affectant l'élimination rénale de l'acide urique).

Les symptômes de l'hypo-uricémie sont très variables en fonction de la cause du trouble. Le plus souvent, les symptômes sont mineurs. Mais l'hypo-uricémie peut parfois entraîner des lithiases urinaires (calculs), voire une insuffisance rénale aigüe.

Ces pros peuvent vous aider